Contrat unique, le bilan !

logo-sante-publique-franceComme vous le savez tous, le contrat unique a été mis en place depuis l’instruction ministérielle du 17 juin 2014 dans les établissements de santé publics. Nous vous en parlions d’ailleurs dans notre article intitulé Contrat unique hospitalier : vrai bénéfice pour la recherche clinique française ?

Article rédigé par la Société Pharmaspecific, spécialiste en recherche clinique

Bien que non-obligatoire, les établissements de santé publics étaient fortement incités à utiliser ce nouveau contrat par la mise en place de crédits spécifiques. Depuis, des arrêtés relatifs à ce contrat unique ont été publiés. Faisons un point sur ce qui a changé depuis 2014.

Petit rappel : Nous ne sommes pas juristes. Si vous souhaitez une analyse plus poussée de ces textes, nous vous recommandons de contacter un juriste spécialisé ou d’effectuer une formation spécifique à ce sujet. Nous ne pourrons être tenus responsables de la mauvaise interprétation de ces textes.

La loi a récemment évolué avec la publication de deux textes :

Concrètement, voici les modifications induites par la publication de ce décret :

contrat-unique-bilan-1

contrat-unique-bilan-2

contrat-unique-bilan-3

Comme tu l’auras compris, le modèle de convention a été modifié. On y découvre de nouvelles notions telles que :

  • Les structure tierces : Structure « participant à la recherche mais ne relevant pas de l’autorité du représentant légal de l’établissement ou de la maison ou du centre de santé où se déroule également la recherche. Des contreparties ne peuvent être accordées que si la structure tierce remplit les conditions suivantes :

« 1° Elle est désignée par le représentant légal de l’établissement de santé, de la maison ou du centre de santé conformément au droit de la commande publique s’il y a lieu ;

« 2° Elle dispose d’une gouvernance qui soit propre à la prémunir, ainsi que ses dirigeants, d’un risque de mise en cause de leur responsabilité, notamment au regard du risque de conflit d’intérêt ou de la violation des principes et règles de protection des personnes participant à la recherche ;

« 3° Elle utilise les fonds reçus du promoteur à des fins de recherche. »1

Ces structures peuvent recevoir tout ou une partie des contreparties versées par le promoteur, s’il le désire. Pour rappel, une contrepartie est versée « au titre de la qualité escomptée des données issues de la recherche »1 par le promoteur au centre. La qualité de cette structure tierce n’est pas précisée, on peut donc imaginer verser cette contrepartie à une association.

  • Les « Coûts » et « Surcoûts » : la nouvelle version de la convention intègre la notion de « Coûts » qui n’était pas présente dans la précédente version de la convention. En effet, nous parlions uniquement de « Surcoûts ».

La définition donnée et la suivante :

« Les Coûts sont constitués de tous les autres frais supplémentaires liés à la réalisation du Protocole, notamment les tâches d’investigation nécessaires à la Recherche et les tâches administratives et logistiques liées à la Recherche. »

Cette notion était préalablement intégrée aux Surcoûts, il s’agit donc uniquement un changement de vocabulaire. Les surcoûts gardent la même définition, à savoir des frais « liés à la prise en charge du patient ou du volontaire sain et requis par la réalisation du Protocole. Il s’agit des actes nécessaires à la Recherche en plus de ceux cités dans les recommandations des Bonnes Pratiques Cliniques validées par la Haute Autorité de Santé pour la prise en charge concernée, quand elles existent, et qui ne peuvent pas faire l’objet d’une facturation à l’assurance maladie ou au patient »2. Les Bonnes Pratiques cliniques en question dans cette partie sont les pratiques recommandées par la HAS pour la prise en charge du patient et non les BPC de recherche clinique 😉

Enfin, notons que cette convention unique « est exclusive de tout autre contrat à titre onéreux conclu pour la recherche à finalité commerciale dont il s’agit dans l’établissement de santé, la maison ou le centre de santé concerné »1, ce qui signifie qu’il ne peut pas y avoir d’autre contrat tel qu’un contrat avec l’investigateur.

Pour terminer, sachez que l’article L.1122-1 du Code de la Santé Publique a également été mis à jour. Dorénavant, il est nécessaire d’informer le patient des modalités de versement des contreparties liées à la qualité escomptée des données issues de la recherche qui pourraient être versées à une structure tierce.

« 6° bis Pour les recherches à finalité commerciale, les modalités de versement de contreparties en sus de la prise en charge des frais supplémentaires liés à la recherche, le cas échéant, dans les conditions prévues à l’article L. 1121-16-1 ; »3

Concrètement, il faudra donc penser à vérifier que vos notes d’information au patient contiennent bien l’information demandée : une structure tierce, à préciser, recevra des contreparties financières versées par le promoteur et liées à la qualité escomptée des données de la recherche.

La convention unique va donc définitivement entrer dans les pratiques en France puisqu’il concernera tous les établissements, centres et maison de santé. Il semble que ce contrat a été adopté par plusieurs établissements publics, il convient donc de continuer sur cette lancée afin de réduire les délais de négociation des contrats.

Sources :

  1. Décret n° 2016-1538 du 16 novembre 2016 relatif à la convention unique pour la mise en œuvre des recherches à finalité commerciale impliquant la personne humaine dans les établissements de santé, les maisons et les centres de santé : disponible en cliquant ici.
  2. Article L. 1121-1 du Code de la Santé Publique
  3. Article L.1122-1 du Code de la Santé Publique

Rédigé Par Sophie Hammer


Vous avez besoin d’une prestation en recherche clinique ? contactez PHARMASPECIFIC en vous rendant sur notre site en cliquant ici : https://pharmaspecific.com/devis/

Si tu as des questions sur le métier d’attaché de recherche clinique ou sur une carrière dans la recherche clinique, tu peux la mettre dans les commentaires ci-dessous. Nous te répondrons dans les plus brefs délais. 

Si tu veux être coaché, si tu veux une réponse personnalisée à tes questions ou être en contact avec d’autres professionnels de la recherche clinique, tu peux te rendre sur https://pharmaspecific-training.com/

Merci d'avoir lu cet article!

Pour aller plus loin, tu peux recevoir gratuitement tes guides

"Comment se former et trouver un emploi d'ARC?"

"Menez une étude clinique au succès"

ebooks_2018_photo.PNG
Recherches utilisés pour trouver cet article :recensement contrat unique,contrat unique convention hospitaliére,convention unique recherche clinique questions,contrat unique,convention unique recherche clinique,convention unique recherche clinique et contre partie,contrat unique Recherche clinique fre,exemple contre partie convention unique hospitaliere,negociation contrat recherche clinique,quest ce que contrat unique recherche clinique

5 réflexions au sujet de « Contrat unique, le bilan ! »

  1. Anne Marie Denys

    Bonjour,

    Je vous contacte de la Belgique et j’aimerai bien recevoir votre aide sur la convention.
    Il s’agit d’une étude interventionel académique, international, de phase II avec randomisation entre deux bras sur un médicament experimental. Le promoteur de l’étude clinique se trouve au Pays-Bas. Un centre (un hôpital) participe en France. La convention (je parle donc du contrat financier) n’est pas le contrat unique mais le contrat venant du promoteur. Entre temps l’étude à été approuvé par l’ANSM et nous attendons l’accord du CPP (une petite formalité à finir). Le contrat est également signé par les deux parties (le promoteur et le médecin participant). Est-ce que ce contrat doit être soumis auprès du CNOM et devons nous recevoir leur accord avant de pouvoir débuter l’étude? Comment faut t’il soumettre? Je ne trouve nulle part des instructions à ce sujet.

    Bien cordialement,
    Anne Marie

    Répondre
    1. Vanessa Montanari

      Bonjour,

      Pour nous, oui. Seul le contrat unique ne doit pas être soumis car il s’agit d’un modèle fixé par la loi et qui n’est modifié.
      Peut-être que vous pouvez contacter directement le CNOM par téléphone pour leur poser la question ?

      A bientôt,

      Vanessa

      Répondre
  2. emile

    Bonjour

    Avant le démarrage d’une étude, et généralement au moment de l’établissement du contrat, il faut informer la direction (directeur/directrice) de l’hôpital. Quelle est, actuellement, la méthode à utiliser? Envoyer un courrier? Mais dans ce cas nous n’avons pas de preuve d’envoi… ou peut -on de permettre d’envoyer un mail directement au directeur (vu que les adresses sont disponibles sur le site de l’hôpital)?
    Je trouve le mail plus moderne, pratique et cela constitue une vraie preuve d’envoi…mais je trouve cela gênant d’écrire directement sur leur boite mail (et en même temps je n’ai pas le mail des assistants)… Quelle est la méthode habituelle?

    Merci

    Répondre
    1. Vanessa Montanari

      Bonjour,

      Faites un courrier postal à la pharmacie et à la direction avec un accusé de réception en accord avec le texte de loi sur l’information de la direction et de la pharmacie hospitalière sur la mise ne place de l’étude clinique (tous les textes de loi sont dans le mémento sur les recherches impliquant la personne humaine – procurez vous en un).

      Merci,

      Vanessa

      Répondre
  3. Anne

    Bonjour à tous,
    Je souhaiterais avoir cotre avis sur le contrat unique.
    Quelqu’un sait-il combien de temps il faut prévoir entre les débuts des négociation et la signature du contrat final? pour le centre coordinateur? pour les centres associés?
    Le contrat unique est-il maintenant utilisé par les centres privés?

    Merci d’avance pour vos retours d’expérience

    Très bonnes fêtes de fin d’année

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.