Skip to main content

{:fr}

Challenge #22 : Les perdus de vue, ça n’existe pas!

Cette année sera celle de la rencontre, du partage, de la connaissance et du développement. Es tu prêt avec nous? Cela commencera par notre challenge 2020, une vidéo par jour pendant 30 jours sur le monitoring.

Pendant 30 jours, nous allons te donner du contenu à forte valeur ajouté pour du monitoring de qualité!

Rejoins nous sur Instagram en cliquant ici : https://www.instagram.com/blogrechercheclinique/

Vous avez besoin d’une prestation en recherche clinique ? contactez PHARMASPECIFIC en vous rendant sur notre site en cliquant ici : https://pharmaspecific.com/devis/

Si tu as des questions sur le métier d’attaché de recherche clinique ou sur une carrière dans la recherche clinique, tu peux la mettre dans les commentaires ci-dessous. Nous te répondrons dans les plus brefs délais. 

Bonjour à tous. C’est Vanessa Montanari du blog de la recherche clinique pour Pharmaspecific. Aujourd’hui, nous allons parler des perdus de vue. Les perdus de vue, ça n’existe pas. C’est une phrase que me disait mon ancien manager dans une vie antérieure professionnelle et c’est une phrase que j’ai retenue parce que ça m’avait beaucoup intrigué et il est presque difficile de ne pas retrouver en fait un patient.

C’est assez rare. Vraiment, si on le cherche, on peut réussir à trouver le patient. Donc, qu’est-ce qu’un patient perdu de vue. En fait, c’est un patient dont on n’a plus de nouvelles, dont l’investigateur n’a plus de nouvelles. Et votre rôle en tant qu’ARC est d’aider le centre, non pas à téléphoner au patient, ou à essayer de contacter le patient mais à leur donner des idées pour les aider à retrouver le patient. Donc, voilà quelques exemples d’idées que vous pouvez donner au centre pour l’aider à retrouver leurs patients. Donc, tout d’abord, vous pouvez leur demander de faire un appel téléphonique au patient. C’est le plus simple. Il n’y a pas de nouvelles, le patient ne se présente pas, il faut leur demander de contacter le patient par téléphone à son domicile sur son portable ou alors essayer de contacter un membre de sa famille. Souvent dans les dossiers médicaux, il y a des noms de personnes de confiance que le patient a accepté de noter dans le dossier. Donc, vous pouvez appeler le technicien d’études cliniques ou le médecin peut appeler à ce numéro. Bien entendu, l’ARC, lui n’est pas en contact directement avec le patient, donc il ne peut pas appeler le patient. C’est vraiment le technicien d’études cliniques et l’investigateur qui vont faire cette action.

Ensuite, deuxième chose ils n’arrivent pas à avoir le patient par téléphone. L’autre solution peut être de contacter la mairie du domicile ou la mairie de naissance. On va plutôt dire la mairie de naissance puisque si le patient par exemple est décédé, la mairie de naissance va mettre une mention de décès sur l’acte de naissance du patient. Puis, la mairie pourra également fournir un acte de décès du patient.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi  {:fr}Challenge #15 : Visite de monitoring : Les kits de laboratoires, Que vérifier?{:}{:en}Challenge # 15: Monitoring visit: Laboratory kits, What to check?{:}

Donc, vous pouvez contacter en fait les mairies. Il y a des sites internet qui sont faits pour ça. En fait, des sites de l’état que vous pouvez retrouver et vous envoyer en fait une demande à la mairie ou alors vous pouvez le faire directement en ligne. C’est très simple et vous n’avez pas besoin d’être proche du patient pour demander s’il est décédé. C’est une procédure assez simple. Voilà. Ensuite, l’autre solution c’est de contacter les médecins généralistes et les médecins spécialistes qu’on retrouve dans le dossier médical du patient. Le patient est allé voir donc l’investigateur, mais il est allé également voir d’autres personnes, d’autres médecins, soient généralistes ou spécialistes.

Donc il faut essayer de contacter ces médecins, faire la liste de ces médecins au niveau du dossier médical et les contacter pour leur demander s’ils n’ont pas eu de nouvelles du patient. Ensuite, vous avez la possibilité également de contacter les laboratoires d’analyses. Donc, le patient a peut-être eu des examens, des prises de sang. Il était peut-être en contact avec des personnes dans le laboratoire et des fois, dans des petites villes comme ça, si le patient habite dans une petite ville, il était en contact avec des gens. Les gens le connaissent. Autre solution, vous pouvez essayer de contacter l’ancien hôpital du patient le patient. Souvent, il est avec l’investigateur dans un hôpital mais il peut également avoir été dans un autre hôpital. Donc, vous pouvez le contacter cet autre hôpital pour leur demander des nouvelles du patient.

Donc, il y a des spécialistes dans cet hôpital, qui éventuellement pour vous donner des informations, mais normalement, vous devriez réussir à trouver ce patient et réussir à savoir si le patient a décidé d’abandonner le projet. Donc, s’il a décidément abandonné le projet, là, il y aura des choses à  faire en fonction de cet abandon. Ou alors, si finalement, il a déménagé ou a eu un petit souci et il n’a pas pu prévenir pour dire qu’il allait arrêter.

Donc, je vous remercie d’avoir regardé cette vidéo. Si vous avez aimé ce programme, merci de mettre j’aime en bas de la vidéo. Si vous voulez avoir plus d’informations sur la recherche clinique vous pouvez aller sur le site du blog de la recherche clinique. Vous trouverez le lien ici. Si vous voulez en savoir plus sur Pharmaspecific, notre CRO spécialisé en recherche clinique. Vous pouvez aller sur le lien ici. Sachez que Pharmaspecific a créé un guide pour vous aider à mieux appréhender les essais cliniques. C’est un guide d’une centaine de pages. C’est un retour d’expérience dans nos personnels. Donc, vous pouvez le télécharger en bas de la vidéo. Je vous remercie.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi  {:fr}Challenge #16 : Document essentiel : Le CV de ton investigateur, que doit-il contenir?{:}{:en}Challenge # 16: Essential document: What should your investigator's CV contain?{:}

Au revoir.{:}{:en}Challenge # 22: There is no such thing as the lost of sight!

This year will be a year of meeting, sharing, knowledge and development. Are you ready with us It will start with our 2020 challenge, one video per day for 30 days on monitoring.
For 30 days, we will give you high added value content for quality monitoring!

Join us on Instagram by clicking here: https://www.instagram.com/blogrechercheclinique/
Do you need clinical research? contact PHARMASPECIFIC by going to our site by clicking here: https://pharmaspecific.com/devis/
If you have any questions about the profession of clinical research associate or a career in clinical research, you can put it in the comments below. We will get back to you as soon as possible.

Good morning, everyone. This is Vanessa Montanari from the clinical research blog for Pharmaspecific. Today we’re going to be talking about the lost and found. There’s no such thing as lost to memory. It’s a phrase that my former manager used to say to me in a previous professional life and it’s a phrase that I’ve retained because it intrigued me a lot and it’s almost difficult not to actually find a patient.

It’s quite rare. Really, if we look for it, we can manage to find the patient. So, what’s a patient who’s lost to the world… Actually, it’s a patient we haven’t heard from, whose investigator hasn’t heard from. And your role as ARC is to help the centre, not to phone the patient, or try to contact the patient, but to give them ideas to help them find the patient. So here are some examples of ideas you can give the centre to help them find their patients. So, first of all, you can ask them to make a phone call to the patient. That’s the easiest way. There is no news, the patient doesn’t show up, you can ask them to contact the patient at home on his mobile phone or try to contact a family member. Often in medical records there are names of trusted people that the patient has agreed to note in the file. So you can call the clinical studies technician or the doctor can call this number. The CRA, of course, is not in direct contact with the patient, so they can’t call the patient. It’s really the clinical studies technician and the investigator who will do this action.

Then, secondly, they can’t get the patient on the phone. The other solution may be to contact the town hall of the residence or the town hall of birth. We will say the town hall of birth because if the patient, for example, is deceased, the town hall of birth will put a mention of death on the patient’s birth certificate. Then, the town hall will also be able to provide a death certificate for the patient. So you can actually contact the town hall. There are websites that are made for that. In fact, there are state sites that you can find and actually send a request to the town hall or you can do it directly online. It’s very simple and you don’t have to be close to the patient to ask if he or she is dead. It’s a fairly simple procedure. There you go. Then the other solution is to contact the general practitioners and the specialist doctors that are in the patient’s medical file. So the patient went to the investigator, but he also went to other people, other doctors, either general practitioners or specialists. So we have to try to contact these doctors, make a list of these doctors in the medical file and contact them to ask them if they have not heard from the patient. Then you also have the possibility to contact the analysis laboratories. So the patient may have had tests, blood tests. He may have been in contact with people in the laboratory and sometimes, if the patient lives in a small town like that, he was in contact with people. People know him. Alternatively, you can try to contact the patient’s old hospital. Often he is with the investigator in one hospital but he may also have been in another hospital. So you can contact that other hospital and ask them about the patient. So there are specialists in that hospital, who may be able to give you information, but normally you should be able to find that patient and find out if he has decided to abandon the project. So, if he has decided to abandon the project, then there will be things to be done according to this abandonment. Or, if he finally moved or had a little problem and he couldn’t call to say he was going to stop.

Les personnes qui ont lu cet article ont lu aussi  {:fr}Challenge #23 : L'ALCOAC, comment l'appliquer dans le monitoring?{:}{:en}Challenge #23 : L'ALCOAC, comment l'appliquer dans le monitoring?{:}

So, thank you for watching this video. If you liked it, please put I like at the bottom of the video. If you want to have more information about clinical research you can go to the clinical research blog site. You will find the link here. If you want to know more about Pharmaspecific, our CRO specialized in clinical research. You can go to the link here. Please note that Pharmaspecific has created a guide to help you better understand clinical trials. It is a guide of about 100 pages. It is a feedback from our staff. So you can download it at the bottom of the video. Thank you very much.

Bye, now.{:}

Si tu as aimé cet article, je te remercie de « liker » ou de partager avec tes collègues et amis Attaché de Recherche Clinique :)

Laisser un commentaire