Article MSL – Réponses de François

Article rédigé par la Société Pharmaspecific, spécialiste en recherche clinique

Bonjour, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

– Bonjour, je m’appelle François j’ai 31 ans et je suis actuellement Scientific MSR (l’une des nombreuses déclinaisons des MSL !) au sein des Affaires Médicales d’un laboratoire leader dans le domaine des dispositifs médicaux en ophtalmologie.

Quel est votre parcours professionnel ?

–  Mon parcours est complètement atypique et j’ai bien conscience qu’il n’est pas du tout représentatif du chemin le plus simple pour devenir MSL ! En 9 ans d’expérience professionnelle j’ai eu l’opportunité de changer radicalement de fonction plusieurs fois :

  • J’ai tout d’abord commencé ma carrière en tant qu’opticien lunetier. J’étais en charge de développer l’activité « contactologie », j’ai eu la chance de poursuivre en parallèle mes études jusqu’à l’obtention d’un master en sciences de la vision.
  • J’ai pu par la suite gérer un second point de vente dans lequel l’activité contactologique était à mettre en place mais une offre me permettant d’intégrer une équipe pédagogique en licence professionnelle d’optique, un rêve pour moi à l’époque, m’a éloigné durant quelques temps de l’univers de l’entreprise.
  • Durant 2 belles années scolaires j’ai donc eu la chance de partager l’état de l’art dans le domaine de la contactologie à « mes étudiants de L3 ». Cependant cette rupture avec la réalité « de terrain » était en contradiction avec ma vision de ce que devait être l’enseignement dans une licence dite professionnelle. Je me suis donc mis en recherche d’une activité complémentaire et c’est par l’intermédiaire d’une annonce relayée par une association professionnelle référente dans mon secteur d’activité, que j’ai pu postuler au poste que j’occupe actuellement.

Depuis combien de temps êtes-vous MSL ?

– J’occupe ce poste depuis maintenant 2 ans

Comment avez-vous trouvé un emploi de MSL ? / Comment avez-vous connu le métier de MSL ?

– Complètement par hasard ! Comme je vous le détaillais précédemment j’étais en recherche d’une activité complémentaire à l’enseignement et c’est en tombant sur une annonce que j’ai découvert ce métier. Après un processus de recrutement hors normes (7 entretiens et plusieurs semaines d’attente) ma candidature a pu enfin aboutir.

Quelles sont vos missions, en quoi consistent-elles ?  

– Mes missions sont principalement axées autour de 4 grandes lignes directrices :

  • Toutes les activités dites de MT&E (Medical Training & Education), regroupant aussi bien des missions opérationnelles comme la conception de congrès scientifique, la préparation de contenus scientifiques, ou encore le développement de contenu de formation, à des missions plus stratégiques comme le développement catégoriel
  • La conception d’IIT et d’études cliniques en collaboration avec des KOLs (Key opinion leader ou Leader d’opinion = Médecin et Professeur de médecine reconnu dans le milieu de la recherche)
  • L’identification, la gestion et le développement de nos KOLs
  • Le support scientifique en interne (principalement marketing et s force de vente) et en externe (gestion des questions d’infomed et d’assistance technique) 

Quelles sont les qualités qui vous semblent indispensables pour pouvoir exercer ce métier ?

– Ca va vous paraitre creux, mais comme nous sommes au contact d’une population parfois exigeante voir même suspicieuse à notre égard, je pense qu’il est nécessaire de savoir faire preuve de flexibilité, d’une aisance dans la prise de parole, avoir une capacité importante d’écoute et d’ouverture d’esprit, sans oublier des aspects plus élémentaires comme l’honnêteté, la rigueur scientifique ou la maitrise de son image.

Avez-vous des conseils pour les ARCs qui souhaiteraient devenir MSL ?

– Question extrêmement complexe ! Je pense qu’en plus des qualités évoquées ci-dessus, il faut être en mesure de voir plus grand et d’être réellement innovant dans les propositions formulées. Le MSL de par sa position d’expert scientifique est souvent une pierre angulaire sur laquelle compte le laboratoire, lorsque de nouvelles stratégies sont à définir (marketing, commercial, MT&E…)

A quel salaire puis-je m’attendre en étant MSL ?

– Je pense qu’il est raisonnable d’espérer en fonction de votre profil entre 45000€ et 50000€ brut en tant que MSL junior hors avantages en nature.

Vers quels types de poste un MSL peut-il évoluer ?

– En fonction du niveau d’étude et de compétence, un MSL peut évoluer vers des fonctions managériales comme Directeur Médicale ou des postes en R&D. Le fait de travailler en collaboration rapprochée avec le marketing peut également ouvrir des voies vers des carrières de chef produit.

Quelle expérience en Recherche Clinique dois-je avoir idéalement avant d’être MSL ?

– Je ne pense pas pouvoir apporter d’éclairage pertinent à ce sujet, tout expérience est néanmoins bonne à prendre…

L’anglais est-il indispensable pour exercer ce métier ?

– Comme dans toutes structures internationales, les réunions ou documents à l’initiative des unités régionales ou globales sont inévitablement en anglais. La maitrise de l’anglais parlé et écrit devient indispensable.

Les 3 choses que vous préférez dans le poste de MSL ?

– Le partage des connaissances et des bonnes pratiques avec les professionnels de santé, permettant d’améliorer toujours un peu plus la qualité des soins et des traitements proposés

– La diversité des missions et la mobilité qui s’y associe

– L’implication stratégique

Les 3 choses que vous appréciez moins en tant que MSL ?

– Je n’en aurai qu’une seule ! Devoir faire avec des contraintes réglementaires et des process toujours plus nombreux ralentissant bien souvent la mise en application opérationnelle.

Un dernier mot pour la fin ?

– Merci !



« Bonjour,

Tout d’abord je tiens à vous remercier pour vos propositions d’aide. En effet le métier de MSL m’intéresse au plus haut point et c’est pour cela que je saisi cette opportunité pour vous poser des questions qui pourraient m’aiguiller dans mes démarches et surtout me donner le maximum de chances pour y parvenir. En résumé, je suis à la base de formation vétérinaire mais en plus j’ai une expérience dans l’industrie pharma (humaine) de plus de treize années en tant délégué médicale mais aussi en tant que directeur régional.

Mes questions sont les suivantes :

Quelles formations me faut-il en plus de ce que j’ai pour maximiser mes chances d’intégration de ce métier (statistiques, recherches cliniques …). Aussi, je voulais avoir votre avis concernant les compétences requises en anglais car les avis que je retrouve sont parfois divergentes, en effet sur ce point mes compétences sont moyenne, c’est-à-dire que j’arrive à lire et écrire par contre un peu de difficulté au « speaking and listening ». En attendant vos éclairages, je vous remercie par avance pour les efforts fournis. »

Réponse :

« Bonjour, j’espère ne pas faire une réponse trop bateau mais je pense sincèrement que les laboratoires ne sont pas tant en recherche d’un empilement de diplômes mais bien plus de compétences. Il faut être en mesure de prouver son efficacité opérationnelle et stratégique. Lors de vos entretiens je pense qu’il est important d’être en mesure d’expliquer les différences entre les métiers de la « force de vente » et celui de « MSL » afin de montrer que vous avez « compris » une partie des enjeux du poste. La séparation la plus évidente réside entre les discours promo/produit/scientifique, c’est un point simple mais qui néanmoins permet d’éclairer la façon dont on construit un argumentaire selon que nous abordons une même thématique d’un point de vue promotionnel, produit et/ou scientifique. Concernant l’anglais il est souhaitable selon moi d’être à l’aise à l’écrit comme à l’oral (congrès, études, business review…) »

« Bonjour,

Est-ce que le métier de MSL se développe dans le domaine du matériel médical?

Si oui, quelles sont les différences par rapport au métier exercé dans la pharma? »

Réponse :

« Bonjour, oui le dispositif médical est également en recherche de MSL ou tout du moins d’experts techniques en lien avec les professions de santé. Les compétences recherchées et les missions sont généralement les mêmes que pour les MSL pharma. Néanmoins le niveau d’étude souhaité en pharma est généralement plus élevé (à minima doctorat en pharmacie) alors que dans le dispositif médical un master dans le domaine ciblé peut s’avérer suffisant. »


Vous avez besoin d’une prestation en recherche clinique ? contactez PHARMASPECIFIC en vous rendant sur notre site en cliquant ici : https://pharmaspecific.com/devis/

Si tu as des questions sur le métier d’attaché de recherche clinique ou sur une carrière dans la recherche clinique, tu peux la mettre dans les commentaires ci-dessous. Nous te répondrons dans les plus brefs délais. 

Si tu veux être coaché, si tu veux une réponse personnalisée à tes questions ou être en contact avec d’autres professionnels de la recherche clinique, tu peux te rendre sur https://pharmaspecific-training.com/

Merci d'avoir lu cet article!

Pour aller plus loin, tu peux recevoir gratuitement tes guides

"Comment se former et trouver un emploi d'ARC?"

"Menez une étude clinique au succès"

ebooks_2018_photo.PNG
Recherches utilisés pour trouver cet article :lettre de motivation pour Medecin regional MSL

2 réflexions au sujet de « Article MSL – Réponses de François »

  1. Mel

    Bonjour,

    Merci Vanessa pour ce bolg, et tous les articles et informations utiles et nécessaires !

    Ne pouvant pas m’inscrire à un master (faute d’université proche de chez moi), je suis actuellement une formation ARC (DIU), ayant une formation initiale de pharmacienne biologiste (diplôme étranger) J’aurais aimé avoir des retours et des informations supplémentaires :

    -Est ce que ma formation initiale me permettrait de travailler en tant que BAC+5 ?, ou faire reconnaitre mon diplôme de pharmacienne au privé ?
    -Et si c’est utile de postuler à un master ultérieurement, et dans ce cas, est ce que la partie recherche clinique serait considérée comme validée ?
    -Dernièrement, si un niveau d’anglais intermédiaire, me permettrait de travailler dans une CRO

    Merci beaucoup d’avance.

    Répondre
    1. Vanessa Montanari

      Bonjour,

      Mer réponses :
      -Est ce que ma formation initiale me permettrait de travailler en tant que BAC+5 ?, ou faire reconnaitre mon diplôme de pharmacienne au privé ? VM : Oui tout à fait.
      -Et si c’est utile de postuler à un master ultérieurement, et dans ce cas, est ce que la partie recherche clinique serait considérée comme validée ? VM : à votre place, je postulerai pour un stage directement.
      -Dernièrement, si un niveau d’anglais intermédiaire, me permettrait de travailler dans une CRO VM : A partir du moment ou vous réussissez la question à l’entretien d’embauche…oui

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

This blog is kept spam free by WP-SpamFree.